Accueil | Sinfonia, Oui papa !

Sinfonia, Oui papa !

Sinfonia, Oui papa !

La Sinfonia de Lanaudière s’immisce dans l’intimité de Franz Joseph Haydn dimanche prochain pour son concert d’ouverture.  Ce grand compositeur autrichien considéré avec Mozart et Beethoven comme la « trinité viennoise classique » a grandement marqué l’histoire de la musique par son lègue musical, mais aussi comme pédagogue.

Il est une figure paternelle tant pour Mozart avec qui il s’est lié d’amitié malgré leur différence d’âge, que pour Beethoven à qui il enseigne la composition quelques années. Il est également considéré comme le père de la symphonie classique et du quatuor à cordes tant pour la forme que pour l’instrumentation : deux violons, un alto et un violoncelle.

L’intérêt du concert Papa Haydn et Albert Millaire repose dans l’immersion de l’œuvre d’un seul compositeur offrant ainsi un point de vue complet sur son importance et son esthétique. La curiosité musicale est comblée et l’humour avec laquelle Albert Millaire raconte la vie du compositeur rend l’expérience encore plus immersive. Le grand homme de théâtre de chez nous, Compagnon de l’ordre du Canada et Chevalier de l’ordre national du Québec, ne se contente pas d’ajouter des points factuels à la manière d’une conférence « Powerpoin t» endormante. Il fait littéralement vibrer la vie et l’œuvre de ce pilier de la musique. La formule a fait ses preuves, Papa Haydn et Albert Millaire est la septième version de ce concert commenté après les voyages au pays de Mozart, Bach, Strauss, Vivaldi, Tchaïkovsky et Beethoven.

Au programme, les symphonies n°26 et 49, le concerto pour piano n°11 en ré majeur, la Kindersymphonie et le quatuor à cordes opus 3 n°5 avec les musiciennes du Quatuor Claudel-Canimex. Anecdotes et mises en contexte parfaites pour apprécier la musique teintée d’humour et de folklore de ce grand compositeur.

Papa Haydn et Albert Millaire

Albert Millaire, texte et narration

Anne-Marie Dubois, piano

Stéphane Laforest, chef d’orchestre

11 septembre 2016 – 14 h

Théâtre Hector-Charland, L’Assomption

« Retour aux nouvelles